Wendy Spinks s’est rendue en France pour développer son projet I Am Chuma. Elle raconte son expérience.

En Novembre 2018, au DISCOP, l’artiste basée à Cape Town Wendy Spinks se voit récompensée pour son projet par une résidence d’un mois à l’Abbaye Fontevraud, en France, grâce au partenariat DLA – NEF Animation, financé par l’Institut Français d’Afrique du Sud. Le projet en question: I Am Chuma, un hybride entre documentaire et expérience VR animée, présenté au DISCOP de Johannesburg (14-16 novembre 2018).

Voilà comment, le 30 avril 2019, Wendy Spinks a atterri à Paris, avant de se rendre à l’Abbaye Fontevraud, au coeur de la campagne française. Malgré l’isolement et l’absence de connexion à internet, l’endroit était pour Wendy très inspirant et lui a permis de s’immerger complètement dans l’expérience de la résidence: “Même si je n’avais pas internet dans ma chambre, tout était parfait, ce manque de connexion a en fait été positif pour mon expérience. Cela m’a obligée à me détacher du monde extérieur et à me rapprocher des personnes avec moi en résidence, en me mêlant à la vie en communauté. Au lieu d’être sur internet ou de contacter mes proches, mes collègues ou ma famille à Cape Town, j’ai échangé avec de nouvelles personnes, une nouvelle culture, et ai appris à les connaître très naturellement”.

La première semaine, Wendy explique qu’elle s’est installée et a rencontré l’équipe, puis a commencé son travail de recherche, notamment en se plongeant dans les travaux d’Agnès Varda, réalisatrice et photographe française, d’ailleurs décédée peu avant l’arrivée de Wendy en France. Agnès Varda a poussé Wendy à “clarifier [son] point de vue et [ses] questionnements artistiques, et à réfléchir sur comment [elle] souhaitait que les spectateurs vivent le documentaire et l’expérience VR”. La seconde semaine, Wendy a pu commencer à travailler sur la structure de son documentaire, en échangeant et en discutant avec les autres résidents et sa co-rédactrice. Pendant ce travail sur les contours du projet, Wendy a commencé à utiliser de plus en plus de supports visuels, ce qui l’a énormément aidée pour son approche à l’expérience VR, et lui a permis d’entamer l’écriture d’un script.

L’équipe de NEF Animation l’a ensuite invitée au Festival National d’Animation à Rennes, pour présenter et discuter de son projet, et parler de son expérience en résidence. Ce fut pour elle une bonne opportunité de mettre en perspective son travail et de découvrir de nombreux projets VR. Les derniers jours de sa résidence ont enfin été dédiés à de la recherche et un travail plus approfondi sur le script.

En parlant de son expérience à l’Abbaye Fontevraud, Wendy insiste sur le fait que l’endroit en lui-même l’a aidée et inspirée dans son travail: “le fait de devoir marcher jusqu’à notre lieu de travail, et le fait que celui-ci se trouvait à l’opposé de l’Abbaye, était une bonne chose pour nous. On devait marcher dans les bâtiments principaux, les cloîtres et les jardins tous les jours, ce qui a eu un effet très intéressant sur moi. J’ai été inspirée par les détails de l’architecture, les textures, les odeurs, la vibration des sons dans les murs qui venaient des cloches et des visiteurs, se mélangeant aux sons et aux odeurs de la nature tout autour de nous. Cela créait une profonde réflexion, et de l’espace… juste de marcher de ma chambre à mon lieu de travail“. La résidence a été pour elle une excellente opportunité pour Wendy Spinks de se focaliser et de travailler sur son projet, et de la préparer pour la suite: “En fin de compte, si je n’avais pas eu un mois pour me concentrer sur ce projet, nous n’en serions pas là aujourd’hui, prêts pour les étapes suivantes. Je n’aurais jamais eu une expérience aussi enrichissante et n’aurais jamais pu me plonger autant dans la tête de Chuma, et dans la mienne, de cette façon”.

Retrouvez l’article écrit par Wendy sur son blog ici (en anglais), pour en apprendre plus sur son expérience avec NEF Animation.